Conférence "Patrimoine sacré" - Le Carème & Carnaval - Christiane Jacquin

1604 vues

Dans le cadre des conférences « Patrimoine sacré », à l’espace « Châlons, Ville d’art et d’histoire », Christiane Jacquin, guide-conférencière, retrace l'histoire du Carême et du Carnaval à travers le temps . Pas moins de 25 personnes dont un noyau de fidèles auditeurs sont réunis dans la salle pédagogique. A l'aide de supports visuels divers, Christiane Jacquin anime avec beaucoup de passion et d'humour le thème de l'après-midi.
L'origine du Carême (du latin quadregesima ): période de jeûne et de pénitence que le Christianisme a instituée au IVe siècle, au VIIè siècle le carême fut établi dans son calendrier actuel. À cette époque, le jeûne consistait à ne prendre qu'un repas quotidien en fin de journée et à s'abstenir de toute nourriture les jours du Vendredi et du Samedi saints. Il donnait aux populations de l'époque une bonne raison d'endurer les derniers mois de l'hiver, où les réserves en nourriture étaient au plus bas. La privation collective permettait d'atteindre le printemps sans passer par une famine.
De nos jours, l'Église catholique demande aux fidèles de jeûner au minimum les jours du mercredi des Cendres et du Vendredi saint. En outre, la tradition de manger maigre, c'est-à-dire de s'abstenir de viande et de plat à base de graisse animale le vendredi, se perpétue. Le début du Carême est le Mercredi des Cendres, précédé par le Mardi gras et le carnaval.
Le Mercredi des Cendres est un jour de pénitence qui marque le début du Carême. Dans l'église catholique, les fidèles se rendent à l'église pour assister à une célébration, où le prêtre après la proclamation de l'Évangile et de l'homélie leur trace une croix sur le front avec de la cendre, en prononçant ce verset de la Genèse : « Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière. »
Mardi gras : la date est mobile par rapport au calendrier grégorien (calendrier usuel qui suit le mouvement du soleil et les saisons).Elle est associée à la date de Pâques, située le premier dimanche qui suit la pleine lune après le 21 mars, toujours comprise entre le 22 mars et le 25 avril. Ainsi, le Mardi gras est toujours fixé entre le 3 février et le 9 mars ; soit juste avant la période de carême. Les deux jours précédents étaient jadis appelés Dimanche gras et Lundi gras. Au XVIIIe siècle, le premier jour gras était le Jeudi gras.
Ce jour est appelé "gras" en référence aux aliments considérés comme riches : beurre, œufs, viande... A Mardi Gras, tous les excès sont donc permis, aussi bien dans la consommation de nourriture que dans l'apparence vestimentaire.
Au Moyen-Age, les déguisements de Mardi Gras permettaient non seulement de s'amuser, mais aussi de transgresser les interdits de l'ordre social. C'est ainsi que les pauvres pouvaient s'habiller en riches, les hommes s'habiller en femmes, et vice versa.
D'après le calendrier religieux, le carnaval débute à l'Épiphanie (le 6 janvier), date qui marque la fin des fêtes de Noël et s'arrête le mardi gras, veille du début de la période de Carême qui tient son origine du latin "carnelevare", mot formé de carne « viande » et levare « enlever - ôter ».
Mardi gras est l'occasion des carnavals, dont ceux de Nice, avec ses chars fleuris dont le plus ancien remonte à 1873 et de Dunkerque, où l'on jette des harengs à la foule, sont célèbres en France. En Italie , le carnaval de Venise remonte au XIe siècle, les gens déguisés animaient la ville pendant deux mois, du 26 décembre à Mardi Gras. On organisait jeux, courses, fêtes, défilés, joutes aquatiques, bals, pièces de théâtre et autres spectacles de rue… Pendant toute cette période, l'ordre social normal était bouleversé et la liberté des citoyens beaucoup plus grande. Aujourd'hui Venise toute entière participe aux festivités et chacun se déguise, défile, admire les masques qui s'exhibent et défilent en de longues processions féeriques.

La présentation de nombreuses œuvres ,dont celles de Jérôme Bosch ( XVè siècle) "La Nef des Fous"; de Brueghel l'Ancien "Le Combat de Carnaval et Carême" (1559) ; de James Ensor "Les masques intrigués"(1890); de Léonard de Vinci " L'Annonciation" (1472-1475) ..........de manuscrits (autorisation de vente de viande pour les malades lors de la période de Carême, aux obligations des fidèles à donner à l'Église.....), de photos anciennes de Châlons illustrant les bals de mi-Carême ....., de photos plus récentes de différents carnavals se déroulant en France et de masques vénitiens , a donné le moyen à l'assemblée de commenter, d'échanger et d'apprécier au mieux l'heure et demi passée à l'Espace 'Châlons, Ville d'art et d'histoire , 68 rue Léon Bourgeois.

 

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article